La musique au sens large
  •  
  •  

Martin : les origines

L'histoire de Martin

Photo : Martin Guitars
L'histoire de C.F. Martin
 
Depuis plus d'un siècle et demi, The Martin Guitar Company produit continuellement des instruments acoustiques reconnus comme les meilleurs au monde.
 
Martin Guitar Company a, au fil des ans, réussi à survivre avec chaque génération successive de Christian Frederick Martin.
Des créations inspirées par Stauffer dans les années 1830 aux récents développements introduits par C. F. Martin IV, un fonctionnement continu sous gestion familiale qui est un exploit à la limite du remarquable, reflétant six générations de dévouement au métier de luthier.
Dans ou hors de l'industrie de la musique, C. F. Martin a peu de rivaux pour sa résistance au fil du temps.
Tout au long de son histoire, l'entreprise s'est adaptée avec succès aux changements continus dans la conception des instruments, les systèmes de distribution et les méthodes de fabrication. Malgré les nombreux changements, C. F. Martin n'a jamais renoncé à son engagement initial envers la qualité. Le souci de produire les meilleurs instruments possibles en 1833 est particulièrement évident aujourd'hui dans les installations agrandies de Martin à Nazareth, en Pennsylvanie.
L'histoire derrière les guitares les plus célèbres d'Amérique a commencé le 31 janvier 1796, à Markneukirchen, en Allemagne, avec la naissance de Christian Frederick Martin, sénior issu d'une longue lignée d'ébénistes.
Christian Frederick a repris l'affaire familiale à l'âge de 15 ans, puis il a quitté sa ville natale et s'est rendu à Vienne pour devenir apprenti chez Johann Stauffer, un luthier de renom.

LA GUERRE DES GUILDES
 
Bien que les archives de l'époque soient sommaires, il semblerait que le jeune Martin était un apprenti doué, car il a été nommé contremaître de la boutique de Stauffer peu de temps après son arrivée. Après s'être marié et avoir eu un fils, il est retourné dans son pays natal pour ouvrir son atelier. Peu de temps après avoir démarré son entreprise à Markneukirchen, Martin s'est retrouvé pris dans un conflit acrimonieux entre la Guilde des ébénistes et la Guilde des fabricants de violons.
 
Martin et sa famille étaient depuis longtemps membres de la Cabinet Makers Guild (Guilde des ébénistes), tout comme de nombreux autres fabricants de guitares de la région. Cherchant à limiter la concurrence, la Violin Makers Guild a cherché à interdire aux ébénistes de produire des instruments de musique. La Violin Guild a lancé une campagne rhétorique abusive, déclarant : "Les luthiers appartiennent à une classe de fabricants d'instruments de musique et donc à la classe d'artistes dont le travail ne se limite pas à la réalisation d'un instrument, mais fait preuve d'une certaine compréhension de la culture. Les ébénistes, en revanche, ne sont rien d'autre que des mécaniciens dont la productions est constituée de toutes sortes d'articles appelés meubles." Calomniant le travail des ébénistes, la Violon Guild a ajouté: "Qui est si stupide qu'il ne peut pas voir d'un coup d'œil qu'un fauteuil ou un tabouret n'est pas une guitare et qu'un tel article apparaissant parmi nos instruments doit ressembler à Saul parmi les prophètes."
Photo : Martin Guitars
En défendant leur droit de fabriquer des guitares, des membres de la Cabinet Makers Guild ont affirmé que "les luthiers n'avaient aucun droit de fabriquer des guitares" et que "la découverte de la guitare" avait été faite il y a environ 35 ans et avait été achevée par l'ébéniste George Martin, père de Christian Frederick Martin. En soutenant leur réclamation devant les magistrats locaux, les ébénistes ont soumis le témoignage d'un grossiste réputé, qui a déclaré : "Christian Frederick Martin, qui a étudié avec le luthier et le fabricant de guitares renommé Stauffer, a produit des guitares qui, en termes de qualité et d'apparence, ne laissent rien à désirer et qui le caractérisent comme un artisan distingué. "
 
Alors que les ébénistes ont défendu avec succès leur droit de fabriquer des guitares, la bataille a fait des ravages sur C. F. Martin. Concluant que le système de guilde limitait considérablement les opportunités en Allemagne, il prit la décision d'émigrer aux États-Unis et, le 9 septembre 1833, il quitta sa patrie pour New York.

En arrivant à New York, il s'est rapidement installé au 196 Hudson Street dans le Lower West Side. Le premier établissement de Martin sur ces rives était loin de l’usine actuelle de 25 600 mètres carrés, qui compte près de 500 employés. Sa modeste vitrine abritait une installation de production de guitare limitée dans l'arrière-boutique, ainsi qu'un magasin de vente au détail vendant de tout, des cornets aux partitions.
Compte tenu de la production limitée de guitares et de l'immaturité du marché de la musique en 1833, la distribution des guitares Martin était une affaire aléatoire au cours des premières années. Pour augmenter les ventes de son magasin de détail, C.F.Martin a conclu des accords de distribution avec divers professeurs, importateurs et grossistes, dont C.Bruno & Company (opérant aujourd'hui en tant que filiale de Kaman), Henry Schatz et John Coupa. 
Par conséquent, un certain nombre de guitares Martin fabriquées avant 1840 sont étiquetées «Martin & Schatz» et «Martin & Coupa».

Photo : Martin Guitars
LES GUITARES REMPLACENT LE VIN...
 
Les pratiques commerciales du tout début des activités de vente au détail et de fabrication de Martin étaient loin des méthodes d'aujourd'hui et reflétaient une société plus simple. Le troc était courant dans le commerce de détail.
Les dossiers personnels de C. F. Martin montrent de nombreuses entrées de marchandises musicales entre autres parmi les caisses de vin et les vêtements pour enfants ! Le Lower East Side grouillant de New York était un environnement difficile qui était un monde totalement différent de la Saxe pastorale où Martin et sa famille ont grandi. La correspondance entre Martin et son ami proche et associé en affaires, Henry Schatz, a révélé qu'il ne s'était jamais vraiment senti chez lui à New York et qu'il avait très envie de déménager. En 1836, Schatz a déménagé dans les collines de Pennsylvanie, achetant un terrain de 22 hectares près de Nazareth. Lorsque la femme de C. F. Martin a rendu visite à Schatz et à sa famille, elle eut immédiatement un coup de coeur pour la campagne paisible de Pennsylvanie. Dès son retour à New York, elle a considérablement influencé et incité son mari à faire le grand pas vers Nazareth.
Ainsi, en 1838, Martin a vendu son magasin de détail à un autre marchand de musique du nom de Ludecus & Wolter et a acheté un terrain de 3 hectares à la périphérie de Nazareth. Il avait visiblement trouvé ce qu'il voulait, car il y a passé le reste de sa vie.
Les années suivantes ont été une période de développement important pour les luthiers de C. F. Martin & Company. En plus des produits vendus par Ludecus & Wolter à New York, les archives de la société indiquent que de nombreuses expéditions ont été effectuées vers des distributeurs d'alors, qui expédiaient vers différentes villes. Les archives de Martin mentionnaient fréquemment des ventes à Boston, Albany, Philadelphie, Richmond, Petersbourg, Nashville, Pittsburgh, Saint-Louis et La Nouvelle-Orléans. Les affaires de la période étaient évidemment satisfaisantes, car dans une annonce de 1850, la société déclarait : "CF Martin, fabricant de guitares, informe respectueusement le public musical que le succès rencontré l'a conduit à agrandir son usine, afin de répondre à la demande croissante pour ses instruments. "

DE L'ARTISANAT À L'USINE
 
Les premières guitares Martin étaient des produits entièrement fabriqués à la main, à l'unité, et il y avait peu de standardisation. Cependant, quelques caractéristiques étaient communes et se retrouvaint dans la plupart des instruments de C. F. Martin.
Jusqu'au milieu des années 1840, les guitares Martin étaient caractérisées par une tête ayant toutes les mécaniques du même côté. L'idée est venu à Martin de son professeur à Vienne, Johann Stauffer. La forme de la tête avec toutes les mécaniques d'un côté a été abandonné par Martin et est resté inutilisé jusqu'à ce que Leo Fender ressuscite ce design en 1948 avec sa guitare Telecaster.
Une autre caractéristique des premières guitares Martin était un manche réglable. Une vis montée à l'arrière du talon du manche a été prolongée dans le manche. Au sommet de la queue d'aronde (où le manche rejoint le corps), il y avait un point d'appui en bois autour duquel le manche pouvait pivoter de haut en bas. Avec les cordes, le manche pourrait être ajusté via une clé d'horloge insérée dans le talon. Alors que le manche réglable permettait au joueur d'ajuster l'action des cordes de la guitare, la manipulation était compliqués et risquait de de ne pas résister à la pleine tension des cordes. Donc, progressivement, Martin a supprimé cet possibilité de réglage du manche.
Les années 1850 ont également été témoins d’une des principales innovations de conception de C. F. Martin, le système de barrage en "X" pour la table de la guitare. Toujours utilisé aujourd'hui sur toutes les guitares Martin à cordes acier, le système de barrage est en grande partie responsable du son Martin distinctif, caractérisé par des aigus brillants et une puissante réponse des basses.
C. F. Martin, père, est décédé le 16 février 1873, laissant à sa famille et au monde musical une belle tradition de lutherie. Son fils, Christian Frederick, Jr., 48 ans, né en Allemagne, lui a succédé à la tête de la jeune entreprise. Depuis son déménagement de New York à Nazareth, la Martin Guitar Company est passée d'une entreprise à un seul homme à une entité florissante employant plus d'une douzaine d'artisans. Situé à l'origine dans la propriété familiale de la famille Martin, les affaires de Martin Guitars s'étaient tellement développées q'une usine était nécessaire.
En 1859, une usine a été construite à l'angle des rues Main et North à Nazareth. Après avoir subi de nombreuses extensions, l'usine de North Street est toujours utilisée aujourd'hui comme entrepôt et lieu d'expédition pour les cordes et les accessoires, ainsi que le site de Guitarmaker’s Connection, une maison de vente au détail pour la fabrication et la réparation d'instruments.
Photo : Martin Guitars

Photo : Martin Guitars
FRANK MARTIN : LA MISE À L'ÉPREUVE
 
Au cours des années qui ont suivi la mort de C. F. Martin, père, la fortune de la société Martin a subi les aléas de l'économie. Les archives de la société, bien qu'incomplètes, indiquent que les ventes ont prospéré pendant la guerre civile.
Cela s'explique en partie, par la destruction de nombreuses guitares durant la guerre. La crise monétaire qui a suivi la guerre a provoqué une sorte de panique parmi la population et freiné les ventes de Martin. Cependant, l'entreprise était arrivée à un niveau où elle pouvait résister aux fluctuations de l'économie. En 1888, C. F. Martin, Jr., est décédé subitement, laissant l'entreprise entre les mains de son fils de 22 ans, Frank Henry. Les capacités du jeune Frank Martin en tant qu’homme d’affaires ont été mises à l’épreuve au début de sa carrière alors qu’il reprenait une entreprise confrontée à un grave problème de distribution.
À l'époque, C.A. Zoebisch & Sons, une société d'importation basée à New York, était le seul distributeur des guitares Martin.
L'activité principale de Zoebisch & Sons était la distribution d'instruments  destinés aux orchestres et aux harmonies. Ce ce fait, Frank Martin estimait qu'ils ne déployaient pas suffisamment d'efforts pour promouvoir les guitares Martin.
Martin était également pénalisé par la réticence de Zoebisch à promouvoir de nouveaux produits, en particulier la mandoline.
Au cours des années 1890, avec l'immigration massive d'Italiens aux États-Unis, la mandoline (un instrument d'origine italienne) est devenue de plus en plus populaire. Frank Martin a alors décidé de résilier l'accord de distribution. Ce fut une décision importante pour un jeune homme ayant une expérience limitée. La rupture des liens avec Zoebisch a été rendue encore plus difficile en raison d'un lien d'amitié de longue date qui avait existé entre les familles Martin et Zoebisch.
En assumant la distribution de ses propres produits, Martin a connu un formidable essor dans la vente de mandolines. En 1898, les archives personnelles de Frank Martin indiquaient que la société produisait 113 mandolines différentes. La production de l'année précédente n'avait totalisé que trois modèles. Étant donné que la production de guitares de l'entreprise au cours des trois années précédentes avait été d'environ 220 unités par an, l'ajout de mandolines à la gamme de produits a représenté une croissance importante pour l'entreprise.
En l'absence d'un distributeur, les ventes de guitares et de mandolines Martin ont été "boostées" par diverses publicités dans les journaux locaux et grâce aux efforts de Frank Martin.
Il a alors effectué de nombreux voyages d'affaires dans l’État de New York et au delà jusqu'à la Nouvelle-Angleterre, où il a personnellement vendu la majorité de la production de l’entreprise à des magasins de musique.

L'UNIVERSITÉ PLUTÔT QUE LES AFFAIRES
 
La croissance de C. F. Martin & Co. a été quelque peu ralentie par la décision de Frank Martin d'investir dans une formation universitaire pour ses deux fils, plutôt que dans une force de vente élargie pour l'entreprise.
Martin, universitaire autodidacte qui accordait une grande valeur à l'apprentissage, estimait qu'une solide éducation pour ses fils serait un bien meilleur atout à long terme pour l'entreprise.
Ainsi, Christian Frederick Martin III s'inscrit à l'Université de Princeton en 1912 et y est rejoint l'année suivante par son frère, Herbert Keller Martin.
Citant son père, Christian Frederick III dit : "C'était un homme remarquable. Il a travaillé sans relache, toute sa vie dans le marché de la guitare. Pourtant, avec peu d'éducation, c'était un homme de lettres, avec une connaissance approfondie du grec et du latin."
Après avoir obtenu son diplôme de Princeton en 1916, Christian Frederick III a eu l'idée de fréquenter l'école supérieure d'administration des affaires de l'Université Harvard. "J'avais des ambitions au moment de m'éloigner de l'entreprise familiale", se souvient-il. "Mais mon frère était encore au collège et mon père avait besoin d'aide pour gérer les choses, alors je suis rentré à la maison et je suis allé travailler à la fabrication de guitares sur ce que je pensais être provisoire." Ce qui a commencé comme une situation temporaire pour Christian Frederick est devenu une vocation à vie.
Photo : Martin Guitars

DU UKULELE À LA CRISE DE 29
 
Les années 1920 ont été des années de plein essor pour la société Martin, tout comme le ukulélé a capté l'imagination du public américain. Les premiers ukulélés Martin n'ont pas été bien reçus. Ils étaient fabriqués comme une guitare, avec un barrage trop important sur une table en épicéa. Le barrage excessif et la table en épicéa ont donné aux instruments un son triste et terne qui n'a pas séduit le public.
Reconnaissant les lacunes de sa conception initiale des ukulélés, Martin s'est mis au travail pour produire un ukulélé acceptable. En diminuant le barrage et en remplaçant l'épicéa par l'acajou, Martin a rapidement conquis une large part du marché du ukulélé. La demande pour les produits était telle que Martin a été contraint de doubler la capacité de l'usine de North Street avec une aile supplémentaire et d'augmenter les effectifs. La production de guitares en 1920 a totalisé 1 361 unités; aucune archive de production de ukulélés n’a été conservé, mais Christian Frederick Martin III estime que la société a produit près de deux fois plus de ukulélés que de guitares dans les années 20.
En structurant l'entreprise, Frank Henry Martin a initialement envisagé de placer Christian Frederick Martin pour superviser la fabrication et Herbert Keller Martin pour s'occuper des ventes. Cette répartition des responsabilités a bien fonctionné jusqu'à la mort inattendue d'Herbert Keller Martin après quelques jours de maladie en 1927. Après le décès de son frère, Christian Frederick s'est de plus en plus impliqué dans la force de vente de l'entreprise, voyageant beaucoup à travers le pays.
Au cours des années 20, les ventes d'instruments CF Martin ont augmenté chaque année et, en 1928, la production annuelle de guitares s'élevait à 5 215 unités, soit plus de quatre fois la production de 1920. Avec la Grande Dépression de 1929, les difficultés économiques nationales ont poussé la famille Martin à renoncer à l'augmentation des ventes pour se consacrer à la survie.
Avec des millions de chômeurs et des milliers d'entreprises au bord de la faillite, la vente de guitares s'est avérée de plus en plus difficile.
Entre 1929 et 1931, les ventes de guitares ont été pratiquement divisées par deux. Martin a, du fait de la conjoncture, réduit son salaire. L'entreprise s'est également diversifiée, produisant des pièces de violons et même des bijoux en bois, dans le but d'occuper les ouvriers. Toutefois, la société n'a jamais poursuivi aucune de ces activités. "Nous avions toujours peur que le fait de nous lancer dans une autre activité nuise à notre activité de guitares", a expliqué C. F. Martin III. Il a ajouté : "Nous sommes entrés dans d'autres domaines pendant la Dépression, non pas avec enthousiasme, mais par nécessité."
Soucieux de stimuler des ventes sérieusement en baisse, Martin a lancé une campagne active de développement de nouveaux produits durant la dépression.
Au cours de cette période, la société a ajouté de nouveaux modèles à la gamme de produits, modifié les produits existants et exploré de nombreuses fonctionnalités dans l'espoir de trouver le produit susceptible de soutenir les ventes en retard. Alors que de nombreux produits conçus au cours de cette période ont eu une courte durée de vie, deux développements majeurs ont émergé qui ont eu un effet durable sur l'entreprise : la création de la désormais célèbre guitare "Dreadnought" et l'invention du manche à 14 frettes.

LES INNOVATIONS MARTIN
 
Selon C. F. Martin III, le manche à 14 frettes a été développé fin 1929. Auparavant, les guitares étaient généralement équipées d'un manche à 12 frettes. Au fil de l'histoire, Perry Bechtel, banjoiste, a suggéré à Frank Henry Martin de fabriquer une guitare avec un manche à 14 frettes. Bechtel a estimé que le manche plus long augmenterait le diapason de la guitare et en ferait un instrument plus polyvalent. Suivant ses conseils, Martin a présenté une guitare avec le manche plus long et l'a surnommé "Orchestra Model".
Le manche à 14 frettes a été si bien accueilli que Martin l'a finalement étendu à tous les modèles de sa gamme. En peu de temps, c'est devenu le standard de l'industrie de la guitare américaine.
La guitare Dreadnought, du nom d'une division de cuirassés britanniques de la Première Guerre mondiale, est devenue une sorte de marque de fabrique de la Martin Company. Les Dreadnought originales ont été conçues par Frank Martin et Harry Hunt, directeur de Chas. H. Ditson Co., un important détaillant de musique qui avait des magasins à New York, Boston et Philadelphie. Expert avisé du marché, Hunt a estimé qu'une guitare Dreadnought, avec son grand corps et ses basses présentes, serait idéale pour accompagner les voix. Les premières Dreadnoughts, introduites en 1916, ont été vendus sous la marque «Oliver Ditson & Co., Boston, New York». Au début, les instruments n'étaient pas très bien reçus du fait qu'il n'y avait pas beaucoup de chanteurs utilisant des guitares, et les joueurs en solo trouvaient les basses de la Dreadnought trop présentes. Cependant, comme les chansons folks gagnaient en popularité, les ventes des Dreadnought ont repris. 
La Ditson Company a cessé ses activités à la fin des années 1920 et, en 1931, Martin a intégré les guitares Dreadnought à sa gamme. Aujourd'hui, le modèle est un facteur dominant dans la gamme Martin, et pratiquement tous les fabricants de guitares acoustiques, ont adopté ce modèle.
Photo : Martin Guitars

L'ÈRE DE LA PROSPÉRITÉ
 
Frank Henry Martin est décédé à l'âge de 81 ans en 1948, et C. F. Martin III a assumé la présidence de la société, qui a continué à jouir d'une reconnaissance mondiale pour ses guitares d'une qualité sans compromis. La prospérité d'après-guerre, couplée à un intérêt croissant pour les guitares et la musique folk, ont fait des années 1948-1970 une ère de croissance sans précédent pour C. F. Martin.
La demande pour les guitares Martin a augmenté à un rythme beaucoup plus élevé que la capacité de production, et au début des années 60, le délai de fabrication avoisinait près de trois ans. Alors que certains auraient pu penser que la situation de retard de Martin était enviable, C. F. Martin III a raconté que c'était une période frustrante. "Quand quelqu'un entre dans un magasin de musique avec plusieurs centaines de dollars et demande une guitare Martin, il ne souhaite pas attendre trois ans. Notre manque de capacité de production à l'époque nous a coûté des ventes et a tendu nos relations avec nos revendeurs."
Ainsi, C. F. Martin III, avec l'aide de son fils, Frank Herbert Martin, qui a rejoint l'entreprise en 1955, a pris la décision majeure de construire une nouvelle usine plus grande.
En 1964, l’usine de North Street, avec sa construction à plusieurs étages et ses nombreux ajouts, n’était plus suffisante pour répondre à la demande de production. "L'usine de North Street n'était pas la meilleure usine de production, mais la montée et la descente de quatre volées d'escaliers constamment chaque jour ont probablement contribué à la longévité des membres de la famille Martin", a ironisé C. F. Martin III.
Les méthodes de production à la nouvelle usine de Sycamore Street Martin ont légèrement évolué par rapport aux méthodes utilisées à North Street. Le travail manuel était et reste la marque de fabrique de la guitare Martin. Cependant, grâce à la disposition optimale du bâtiment sur un étage, Martin a pu améliorer le flux de matériaux et les travaux en cours et ainsi augmenter progressivement la production sans sacrifier la qualité.
Sous la direction de Frank Herbert Martin, qui succède à son père, C. F. Martin III, à la présidence en 1970, Martin entame une période d'acquisition. En 1970, l'entreprise achète les célèbres Vega Banjo Works de Boston. Quelques mois plus tard, elle a acquis la Fibes Drum Company, fabricant d'un tambour unique en fibre de verre. L’année 1970 a apporté une autre acquisition, celle de la Darco String Company, détenue par John D’Addario, père, John D’Addario, fils et James D’Addario. Une autre acquisition au début des années 70 fut la compagnie suédoise A. B. Herman Carlson Levin. Levin a fabriqué une variété de guitares classiques ainsi que des cordes en acier. Au cours des années suivantes, Vega, Levin et Fibes ont été essaimées; cependant, la fabrication des cordes Martin et Darco fait toujours partie intégrante de l'entreprise.

LA SIXIÈME GÉNÉRATION
 
Christian Frederick Martin IV est né le 8 juillet 1955. Il a fréquenté l'UCLA, avec une spécialisation en économie. Pendant son temps libre, il a aidé dans l'atelier de réparation de guitare de Westwood Music à Los Angeles, ce qui lui a également donné un aperçu précieux de la vente d'instruments de musique.
Quand Chris était petit, il a aidé à emballer les cordes, 6 par boîte ! En 1972 et 1973, il est devenu plus actif dans l'entreprise, aidant au bureau et assistant au NAMM à Chicago. Il a également travaillé à l'atelier de découpe de manche de guitare sur la scie à ruban.
Au cours de l'été 1973, Chris a passé son temps à apprendre toutes les opérations et à aider à la construction d'une guitare D-28S. Cette expérience en atelier fut pour lui un atout inestimable quand il a pris sa place dans l'entreprise familiale.
Chris a rejoint la Martin Guitar Company à plein temps après avoir obtenu son diplôme de l'Université de Boston en 1978 avec un baccalauréat ès sciences en administration des affaires de la School of Management.
Chris a travaillé dans de nombreux services, apprenant le fonctionnement de l'entreprise de bas en haut. En 1985, il a été nommé vice-président du marketing et il a pris une part active dans le défi quotidien de gérer une entreprise traditionnelle dans un monde moderne. Après la mort de son grand-père, C. F. Martin III, le 15 juin 1986, C. F. Martin IV a été nommé président du conseil d'administration et directeur, ayant pour sa responsabilité de conduire Martin au 21e siècle.
Sous la direction de Chris, l'installation de Sycamore Street a été agrandie, la guitare de voyage Backpacker a été introduite et le programme de guitare en édition limitée a été élargi pour inclure des modèles signature d'artistes renommés comme Gene Autry, Eric Clapton et Marty Stuart ainsi que des collaborations uniques comme en le "MTV Unplugged" de 1996 avec la guitare MTV-1.
Peut-être que la décision la plus audacieuse que Chris ai prise fut le développement et l'introduction des guitares brevetées "X Series", qui ont complètement repensé la façon dont les guitares sont conçues et fabriquées. À l'aide de procédés innovants combinés à une fabrication assistée par ordinateur, les modèles "X Series" offrent une guitare acoustique abordable sans compromis de tonalité ou de savoir-faire.
La Martin Guitar Company prospère sous la direction de Chris, dont le style de gestion est amical et personnel, mais ferme et direct.
Chris voyage beaucoup à travers le monde afin de se tenir informé des tendances du marché et de faire des stages de formation chez les concessionnaires Martin du monde entier.
Photo : Martin Guitars

ECOLOGIE
 
C. F. Martin a formalisé depuis 1990 sa politique écologique.
Ce programme a adopté l'utilisation judicieuse et responsable des matériaux naturels traditionnels et encouragé l'introduction d'espèces de bois alternatives à rendement durable.
Les recherches de Martin en relation directe avec les consommateurs ont conduit à l'introduction et à l'acceptation généralisée de guitares utilisant des bois offrant une bonne résonnance avec des caractéristiques cosmétiques naturelles autrefois considérées comme inacceptables. Martin a également développé de nombreuses guitares en bois alternatifs offrant un excellent sustain.
L'entreprise reconnaît le CITES en tant qu'autorité régissant les espèces menacées et suit de près leurs directives.

TOUJOURS FIDÈLE À SES PRINCIPES
 
Des normes d'exigences importantes, tant concernant la qualité des instrument que la gestion de l'entreprise ont largement contribué à la longévité de la société.
Les méthodes de commercialisation et la gamme de produits ont changé chez Martin au fil des ans, mais l'attitude de l'entreprise envers la construction de guitares n'a jamais varié.
Dans la préface du catalogue de 1904, Frank Henry Martin a expliqué aux clients potentiels : "Comment construire une guitare pour donner cette sonorité n'est pas un secret. Cela demande du soin et de la patience. Le soin de sélectionner les matériaux, de définir les proportions et d'affiner les détails qui contribueront au confort du musicien. Patience en prennant le temps nécessaire pour réaliser chaque partie. Une bonne guitare ne peut pas être construite pour le prix d'une mauvaise, mais personne ne contestera  le coût supplémentaire pour une bonne guitare ".
Près de 80 ans se sont écoulés depuis que Frank Henry Martin a rédigé cet énoncé de politique, mais c'est toujours une expression exacte de l'engagement continu de Martin envers la qualité.
Photo : Martin Guitars
Rédigé le  26 mars 2020 17:01 dans MartinHistoire  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site